Mot du président

Je me présente, Jean-François Doyon. J’ai été élu à la présidence de l’organisation à l’issue de l’Assemblée générale annuelle le 14 juin 2016.

Immédiatement, je veux dire que j’entends me situer dans le prolongement de Normand Côté. Cela nous prend une entente politique et financière afin de poursuivre le développement régional. Le travail qui a été conduit dans les derniers mois est de grande qualité et il va falloir déboucher au plus vite car la TACA a suffisamment souffert depuis deux années.

Une fois le court terme résolu, je souhaite aussi que la région retrouve un allant, un vouloir collectif. La TACA doit avoir une vision entrepreneuriale encore plus forte pour exploiter tous nos potentiels, qui sont très grands, et accéder aux marchés car ce sont eux qui commandent. Il nous faut aussi davantage développer la valeur ajoutée chez nous. Et la région doit innover et se diversifier.

Pour relever les multiples défis de l’avenir, je souhaite un renforcement de la vocation agricole et alimentaire historique de la Chaudière-Appalaches. Pour créer de la richesse chez nous, pour attirer du monde qui, à nouveau, travaillera au développement du secteur bioalimentaire régional.

Jean-François Doyon
Président

Qui est Jean-François Doyon?

Ses nombreux métiers – il est tout à la fois producteur, transformateur et distributeur de miel et de produits d’érable – en font un bon connaisseur des nombreux défis du secteur bioalimentaire. Propriétaire de la compagnie Miel DJF, dont les marques de commerce Le Miel D’Émilie et Les Sucreries Beaurivage font partie, il réside à Saint-Sylvestre, dans Lotbinière. Il est aussi administrateur de la TACA et membre du conseil exécutif depuis plusieurs années.

HAUT