REMISE EN CULTURE DE PRÈS DE 40 HECTARES DE TERRES EN FRICHE DANS LA RÉGION CHAUDIÈRE-APPALACHES

9 ENTREPRISES ONT BÉNÉFICIÉ DE L’AIDE DE L’ENTENTE SECTORIELLE DE DÉVELOPPEMENT BIOALIMENTAIRE 2021-2024

Sainte-Marie, 12 février 2024. – La Table agroalimentaire de la Chaudière-Appalaches (TACA) annonce l’octroi de près de 71 000 $ de l’Entente sectorielle de développement bioalimentaire pour remettre en production des parcelles de terre en friche en culture.

« En tant que mandataire de l’entente, nous sommes particulièrement fiers de cette action qui se veut très pertinente dans notre volonté de présenter l’autonomie alimentaire comme moteur économique de notre région. La vitalité d’une région passe par l’occupation de son territoire et la remise en culture de terres en friche est l’une des trois priorités de l’Entente sectorielle qui nous unit, » d’expliquer Bruno Couture, directeur général de la Table agroalimentaire de Chaudière-Appalaches (TACA). 

Rappelons que l’Entente sectorielle de développement du secteur bioalimentaire de la Chaudière-Appalaches, annoncée en juin 2022, est en vigueur pour la période 2021-2024. Avec une enveloppe de plus de 640 500 $, cette entente vise à soutenir le développement du secteur pour a région. Elle regroupe le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la région, les 9 MRC et la ville de Lévis. L’an dernier, 150 000$ ont été ajoutés pour la mise en action de deux projets spécifiques : la remise en production des terres en friche et la diversification de l’agriculture et des pratiques agricoles.

En 2023, 9 entreprises de la région ont bénéficié de l’aide financière pour remettre en production des parcelles de terres en friche. En moyenne, chaque entreprise a traité 4,27 ha. La plus grande superficie était de 8,1 ha et la plus petite, de 2,09 h.

Les entreprises qui ont bénéficié de cette aide sont :

L’entreprise Frajeir de Saint-Joseph-de-Beauce;

La Ferme Marichel de Sainte-Agathe-de-Lotbinière;

La Ferme Rénile de Saint-Jean-Port-Joli;

La Ferme Du Bosquet de Sainte-Claire;

La ferme DM Groleau de Thetford-Mines; 

La Ferme Belancel de de Saint-Jean-Port-Joli; 

La ferme Dubé et Fils de L’Islet;

La Ferme Jacnelle de Beauceville;

La Ferme Liclerc de L’Islet.

« Fruit d’une excellente collaboration entre tous les signataires, nous pouvons ainsi travailler sur des projets qui sont porteurs pour le développement de l’agroalimentaire chez nous, » de compléter Bruno Couture.

À PROPOS DE LA TACA

Porteur du projet, l’organisme se consacre au développement du secteur bioalimentaire de la région de la Chaudière-Appalaches. La TACA mise sur la concertation des acteurs afin de concevoir et de mettre en œuvre des actions de développement mobilisatrices et structurantes.

Pour plus d’information : https://taca.qc.ca/

Pour en savoir plus sur l’Entente sectorielle sur le secteur bioalimentaire de la Chaudière-Appalaches : https://www.quebec.ca/nouvelles/actualites/details/occupation-du-territoire-devoilement-de-lentente-sectorielle-sur-le-secteur-bioalimentaire-de-la-chaudiere-appalaches-41417 

                                                                 — 30 –

Source :

Bruno Couture, directeur général (TACA) 

Renseignements :  Jimmy Jolicoeur 418 573-8105, jjolicoeur@goimago.com

À lire également